ASSAJUCO - EMMAÜS
 Créée en 1971 - "Emmaüs, ne pas subir, toujours agir."  
Pour nous contacter notre numéro unique: 03.87.86.84.98
HISTORIQUE DE L'ASSOCIATION: 
L'ASSAJUCO est née en 1971, en réponse à l'appel de l'ABBE PIERRE en faveur des réfugiés fuyant le BENGLADESH pendant la guerre avec le Pakistan oriental.

Brève présentation de l'association:
1972 : décision de récolter des fonds par le travail de récupération. Après une quête qui donne de bons résultats sur Dieuze, se pose la question des moyens financiers pour aller plus loin. A l';image des Compagnons d'Emmaüs, les membres de cette toute jeune association vont devenir chiffonniers : ramasser, récupérer, recycler, vendre tout ce qui est jeté et peut encore servir. Ils vont ainsi gagner de quoi venir en aide, pour commencer, aux réfugiés bengalis. Les soutiens financiers se dirigeront ensuite vers des projets d'aide au développement au Burkina Faso.
1974 : Création d’une boutique « Artisans du Monde » Après Paris, Châlons-sur- Marne, Lille et Rouen, la boutique de Dieuze sera la cinquième en France. Avec la promotion du commerce équitable L'ASSAJUCO participe à un nouveau mode d'expression et d'action pour la solidarité internationale. La fédération (dont l'Assajuco est un de ses plus anciens adhérents), représente actuellement le premier réseau de magasins spécialisés de commerce équitable en France, distributeur de 107 producteurs labélisés dans 44 pays du monde. Elle est devenue un acteur incontournable dans les campagnes de sensibilisation aux problématiques des relations nord sud.
1976 : Entrée en relations avec l'Amérique Latine (projets de formation d'éducateurs auprès des enfants des rues, soutien aux paysans sans terre, financement d'instituteurs et de soignants dans les favelas. Au fil des années, le travail de bénévoles va ainsi permettre le financement de nombreuses initiatives solidaires dans les pays du Sud (Brésil, Pérou, Colombie, Bolivie, Equateur). Celles ci seront aussi diverses que création d'une radio locale, programme d'irrigation, installation de panneaux solaires, soutien d'une troupe théâtrale... Les secteurs privilégiés sont l'éducation, la santé, le financement de structures représentatives des populations marginalisées.
De 1971 à 2005 les sommes collectées dépassent 1.200.000 € (de 50 à 75.000 € par an dans les années 90). Sans aucunes subventions, ces fonds sont alors uniquement générés par la participation de dizaines de bénévoles sur le Saulnois et le pays de Sarrebourg. Si le chiffre d'affaire est essentiellement basé sur la vente des meubles et équipements ramassés chez l'habitant, la collecte de matériaux recyclables (vêtements, papier, verre...) a de tout temps été une activité importante de l'association. Les ramassages se font majoritairement les samedis et, pendant toute une semaine à l'occasion de "chantiers de jeunes" en lien avec Emmaüs et le Service Civil International. Jeunes locaux et internationaux se rencontrent et mènent une réflexion commune sur des thèmes aussi divers que la lutte contre les gaspillage des ressources, contre les inégalités, pour la promotion d'une démarche citoyenne... On estime alors que ces années d'activité ont mobilisé les bénévoles à raison de 8.000 heures par an.
Parallèlement, des dizaines de réunions d'information et d'échange sont tenues sur le Saulnois et au delà. Citons notamment en 1990 la soirée publique animée en Mairie de Metz , en partenariat avec la Région Lorraine, avec Dom Fragoso, évêque de Crateus (Brésil) grand défenseur de la cause des petits paysans.
1992 : Achat d'un bâtiment rue du Prel à Dieuze. L'aménagement est réalisé par les bénévoles pour y implanter une friperie, la boutique ADM et un logement social en lien avec le GIPDALE. L'Assajuco renforce alors son activité en direction de la population locale défavorisée. Pour aller au delà de la mise à disposition à prix modiques de biens d'équipement et vêtements, l'association cherche des solutions d'urgence pour les cas les plus douloureux (paniers alimentaires, dons de meubles, paiements d'arriérés...) Au delà de l'aide matérielle, l'Assajcuo s'emploie surtout à établir le contact avec ces personnes connaissant la grande précarité, afin de faciliter leur mise en relation avec les services sociaux. C'est également le moment où l'Assajuco commence son cheminement avec les personnes en contrats aidés (2 à 3 par an). Les activités de ramassage et de tri allant en s'amplifiant, le recours aux contrats proposés à l'époque (TUC, CES...) apparait comme une nécessité fonctionnelle. C'est aussi une ouverture sur ce qui est communément appelé le quart monde.
1994 : Ouverture d'une friperie à Chateau Salins.
Au fil des années, de nouvelles initiatives ponctuelles ou dans la durée : convois humanitaires pour la Bosnie et la Roumanie, repas de la Solidarité à ieuze en partenariat avec d'autres associations locales (MJC, Hélice Saulnoise...)
2 décembre 2005 : Inauguration du bâtiment "les greniers de l'entraide". 
En dehors du bâtiment situé rue du Prel, dont l'association est propriétaire, les locaux qui abritaient les activités de l'Assajuco étaient en location auprès de bailleurs privés ou publics. Le principal, ancien hall de marchandise SNCF était devenu vétuste et n'offrait plus les conditions de sécurité minimale pour les bénévoles et salariés de l'association. Terrain acheté en 99 sur fonds propres, il faudra de longues recherches de financement et démarches administratives auprès des collectivités locales (mairie de Dieuze, conseil général, Région Lorraine...). En partenariat avec la caisse d'épargne (prêt de 100.000 € sur 12 
ans à taux préférentiel + contrat PELS) et avec l'apport d'une souscription lancée auprès de ses membres, fin 2005, l'Assajuco peut enfin bénéficier d'un local adapté à ses besoins. Avec 1345 m² dont 750 destinés à la vente, le bâtiment ouvre de nouvelles perspectives.
Les années suivantes, les membres bénévoles et salariés continueront à améliorer l'aménagement, renforcer l'isolation, sécuriser le bâtiment, faciliter les abords, créer des rayonnages et des plates-formes. Le chiffre d'affaire annuel augmente d'année en année pour dépasser 825.000 € en 2012. 
Surtout, la structure évolue, devient Atelier Chantier d'Insertion.
2011 : Création d'une antenne à Sarrebourg. 
Soucieux de pérenniser sa filiation à l'Abbé Pierre, l'Assajuco rejoint la fédération Emmaüs France et Emmaüs International. 
Notre nouvelle dénomination : ASSAJUCO EMMAÜS DIEUZE.
Situation actuelle :
- Points de ventes réemploi : 
 
Dieuze : Friperie + boutique Artisans du Monde (200 m²) en centre ville, les Greniers de l'entraide (salle de dépôt, tri et vente) et une annexe (hangar loué à un particulier) 
Sarrebourg : Une salle de vente située rue Erckmann Chatrian (ancien Lidl) situé en face de l'intermarché, un local de tri à Hesse. 
Chateau Salins : une friperie (magasin loué à un particulier) 

- Moyens humains pour l'ensemble des sites : 
 
Une équipe permanente et professionnelle : 
- 1 coordinateur.
- 1 Comptable. 
- 1 conseillère Socio-professionnelle.  
- 2 encadrants techniques d'insertion. 
- 2 adjoints encadrants technique d'insertion.
- 1 vendeuse friperies.


36 salariés en contrat d'accès à l'emploi CDDI (16 à Dieuze et 20 à Sarrebourg dont les 1/4 ont moins de 26 ans) 60% de sorties positives dans l'emploi ou vers le formation.
 
Un Important bénévolat : 165 personnes dont 115 actifs. 

- Matériel roulant : 
 
- 4 véhicules de déménagement de 3.5 t en contrat location longue durée.
- 1 véhicules de déménagement de 3.5 t en propriété.


 - Usage des fonds recueillis par notre activité : 

- Nos investissements (locaux, équipement, fonctionnement) 
- Solidarités locales et internationales 
- Atelier Chantier d'Insertion Fonctionnement, formations, aide à la mobilité etc... 
- Aide sociale d'urgence aux plus démunis. Partenariat inter associatif et services sociaux. 
- Soutien au financement de projets de développement dans les pays du Sud. Education, formation, santé, économie locale, humanitaire en Amérique du Sud et Afrique. 
- Promotion du commerce équitable. Vente de produits Artisans du Monde en boutique et lors de manifestations festives , culturelles ou commerciales sur les secteurs de Dieuze, Chateau Salins, Morhange et Sarrebourg.
Notre proposition aux acteurs économiques locaux.
Activité économique support : Récupération, réemploi, recyclage. 
 
Notre objectif d'insertion sociale : le retour au travail de personnes éloignées de l'emploi. 

Promouvoir l'employabilité des personnes accueillies dans l'ACI (Atelier Chantier Insertion). Réapprendre les règles élémentaires de la vie au travail ( horaires, consignes, goût du travail bien fait, prise d'initiatives, anticipation, réactivité). Accompagner les personnes : Identifier leurs problèmes de vie et rechercher des solutions à leurs difficultés matérielles, morales ou de santé. Faire découvrir les valeurs de l'entraide et de la solidarité. Les aider à définir leur projet professionnel (bilan, stages, formation, démarche active de recherche d'emploi. 
 
Etablir une médiation active entre les personnes et le travail. 
Nous souhaitons établir un contact actif entre les réseaux d'entreprises, d'artisans et de commerçants du bassin d'emploi (Dieuze, Sarrebourg, Chateau Salins, Morhange) d'une part et les activités d'insertion professionnelle des personnes volontaires, souhaitant s'en sortir par le travail d'autre part. 
Nous proposons aux employeurs comme aux demandeurs d'emploi, des périodes d'immersion en situation de travail dans l'entreprise : 
- Une rencontre pour se connaitre, découvrir des aptitudes, des potentiels, des savoirs exigés ou à acquérir, des savoirs être indispensables. 
- Une rencontre découverte concrète de l'entreprise, pour les demandeurs d'emploi, avant une embauche potentielle, pour valider un projet professionnel, évaluer un besoin de formation, de préciser un parcours. 
- Nous accompagnons aussi les personnes pour évaluer et résoudre avec elles leurs problèmes d'adaptation, de vie, de mobilité et de santé. 
- Pour mieux réussir une intégration dans une entreprise ou dans un commerce, nous pouvons prolonger le suivi social et professionnel des personnes embauchées durant la période d'essai. 
 
La réflexion sur le sujet s'est menée au fil des ans parmi les membres du conseil d'administration de l'association et dans les comités de gestion de deux sites de Dieuze et Sarrebourg. Le suivi personnalisé des salariés par la conseillère professionnelle et l'implication personnelle de plusieurs tuteurs bénévoles ont fait que l'aide à l'insertion devient l'objectif social majeur de l'association. Une commission spécifique s'est constituée afin de mieux servir cette mission, mieux intégrer les salariés dans les équipes et communiquer en interne et à l'extérieur sur l'enjeu pour nos sociétés.
Perspectives de développement : 
 
Nous estimons que le nombre croissant de salariés demande qu'on adapte nos locaux à nos capacités de collecte, tri et réemploi. L'objectif est de développer les ateliers de remise en état et réemploi (relooking) du matériel collecté. Nous possédons déjà l'équipement de base pour les travaux de menuiserie et agencement. L'installation d'ateliers réservés en continu à ces activités sera un apport non négligeable pour la valorisation de meubles et surtout l'accompagnement individualisé de certains salariés en contrat aidé. 
AINSI NOUS RESTONS FIDELES A NOTRE ENGAGEMENT D'ORIGINE : CHIFFONNIERS APPRENTIS EN SOLIDARITE ACTIVE !
Impact de nos activités sur la protection de l'environnement et le récupération des déchets :
- Nous donnons une seconde vie aux objets que nous collectons chez les particuliers (environ 1800 ramassages par an), ou dans les décheteries grâce aux conteneurs "seconde vie". Ainsi que par les apports volontaires de nos donateurs, dans nos différents sites.

- Dans le matériel invendu ou invendable nous recyclons auprès de différents organismes:
- Le textile et les chaussures avec la filiere fripe d'Emmaüs, "Tri d'Union" de Stiring Wendel.
- Les appareils électriques avec la filiere nationale des D.E.E.E. (Déchets Électrique Et Électronique) "Eco-systèmes".
- Le mobilier avec la filiere nationale des D.E.A (Déchets d'Éléments d'Ameublement) "Eco-mobilier".
- La ferraille par le biais d'une entreprise locale.
- Les radiographies médicales par le biais d'une entreprise spécialisé.
- Les dechets recyclables, verre, gravats, ampoules, piles, néons, bois, cartouches, toners, batterie, etc... remis en decheterie.
- Et par le biais d'associations, les bouchons, l'aluminium, les lunettes, et des couvertures.